Finances personnelles et argent
2018-06-18 18:58:18 +0000
109

Dois-je contracter un prêt pour rembourser la dette de carte de crédit d'un parent ?

Récemment, un proche parent m'a révélé qu'elle avait accumulé 40 000 dollars de dettes de carte de crédit au cours des dernières années, qu'elle ne peut plus gérer car les paiements d'intérêts absorbent tout son revenu disponible, rendant impossible le remboursement de la dette. Comme je suis dans une bonne situation financière, je lui ai proposé de l'aider à faire face à ce problème ; il ne me reste plus qu'à trouver la meilleure façon de le faire.

Personnellement, je n'ai pas de problèmes financiers : ma seule dette en cours est une hypothèque sur mon appartement, qui est remboursée à environ 90 %, et les revenus que je tire de mon travail sont bien supérieurs à ce dont j'ai besoin pour payer mes propres dépenses.

Par conséquent, je suis tentée de contracter une LDCVD (ou un prêt similaire sur la valeur nette de mon appartement) afin de rembourser les dettes de carte de crédit le plus rapidement possible, de manière à "arrêter l'hémorragie" des taux d'intérêt élevés et à l'aider à retrouver une situation stable. (Elle pourrait alors me rembourser à sa guise, ou sinon, je pourrais manger la dépense et appeler cela du bon karma). Cependant, j'ai entendu dire que c'était un risque/une dépense inutile que je devais prendre, et qu'il y avait de meilleures (et/ou moins chères) façons de remédier à cette situation.

L'autre extrême serait de ne rien faire, sauf lui suggérer de déclarer faillite, mais je pense que le fait de devoir faire faillite serait très stressant pour elle et j'aimerais donc éviter cela si possible.

Une solution de compromis pourrait consister à l'aider à rembourser une partie de la dette et à laisser le reste à sa charge, bien que cela semble sous-optimal puisque la dette restante pourrait simplement gonfler à nouveau, laissant le problème non résolu malgré l'argent que j'ai investi pour le résoudre. (Et on peut supposer que toute dette laissée sur les cartes de crédit porterait un taux d'intérêt plus élevé que celui d'une HELOC/prêt à domicile)

Elle a soixante-dix ans, est à la retraite et vit avec un revenu de retraite fixe. Toute personne ayant vécu une situation similaire peut-elle donner des conseils sur la manière de procéder, ou indiquer les pièges à éviter ?

Réponses [13]

237
2018-06-19 00:35:25 +0000

C'est une impulsion très généreuse de votre part. Je vais la critiquer, mais comprenez bien que je crois que vos intentions sont grandes.

Qu'est-ce qui peut mal tourner

Vous remboursez sa dette de 40 000 $. Elle n'a plus de dette. Vous savez ce que cela signifie ? Un meilleur crédit. Elle peut maintenant emprunter plus d'argent. Cette fois-ci, elle a une dette de 50 000 $ et sa situation est pire que lorsque vous l'avez aidée.

Vous avez raison de dire que 100 000 $ est un niveau d'endettement gérable. Mais le problème est que si vous la renflouez maintenant et qu'elle ne règle pas le problème fondamental, vous aurez une dette de 100 000 $ et un parent qui a besoin d'aide. Le moment le moins cher pour régler le problème est aujourd'hui (c'était moins cher hier, mais ce n'est plus possible). Il est plus important de régler le problème sous-jacent que de régler le problème immédiat.

Comment vous pouvez aider

Premièrement, dressez la liste de toutes ses dépenses pour un mois. Nous voulons essentiellement les diviser en trois catégories :

  • Nécessités : nourriture, loyer ou hypothèque, services publics, etc.
  • Luxe : câble, bingo, etc.
  • Coûts de la dette : paiements minimums, intérêts, etc.

Il est évident que nous pouvons effacer complètement les coûts de la dette. Soit vous les payez, soit elle fait faillite. Mais la question est alors de savoir si elle a assez d'argent pour couvrir ses besoins et un montant raisonnable de luxe. Le but ne devrait pas être d'effacer les luxes. L'objectif est de les limiter à un montant raisonnable chaque mois. Peut-être même vit-elle sans luxe à l'heure actuelle. Si c'est le cas, ajoutez-en de nouveau. Une fois que vous avez ce budget, la question est de savoir si elle a suffisamment de revenus pour le soutenir.

Si elle n'a pas de revenus suffisants pour soutenir un budget de base et qu'il lui en reste pour épargner en cas d'urgence, alors son endettement n'est pas le problème, mais seulement un symptôme. Elle doit trouver un moyen de vivre avec son revenu qui soit raisonnable. Elle ne peut pas partir du principe qu'il n'y aura pas de dépenses (par exemple pour remplacer des appareils électroménagers). Celles-ci se produiront. Elle doit être capable de mettre de l'argent de côté chaque mois pour y faire face.

La chose la plus probable dans cette situation serait de déménager dans un endroit moins cher. Mais nous n'avons pas besoin de passer directement à cette solution. Ma suggestion serait de payer ses dépenses pendant un mois. Si vous payez tout pendant un mois, vous subviendrez à ses besoins mensuels de base. Préparez-lui une feuille de calcul dans laquelle vous répartissez les dépenses en trois catégories. Ensuite, vous pouvez établir un budget à partir de cette feuille.

S'il n'y a tout simplement pas assez d'argent, vous lui avez donné un mois pour se détendre. Montrez-lui le problème et commencez à parler des solutions. Le déménagement est l'une des options les plus extrêmes. Il y en a peut-être d'autres plus faciles que je ne peux pas voir parce que je n'ai pas sa liste de dépenses. Ou parce que vous connaissez mieux la région. Ou parce que je ne suis pas assez intelligent. Une autre possibilité pour un propriétaire serait un prêt hypothécaire inversé.

Faillite

Une fois que vous avez un budget gérable, la faillite devrait être une option sérieuse. Un bon avocat spécialisé dans les faillites pourra vous éviter de trop vous stresser. Vous pouvez payer l'avocat. Ils sont chers (par exemple, 2 500 $ dans ma localité, la vôtre peut être différente) mais gérables. La faillite fait deux choses :

  1. Elle efface sa dette actuelle.
  2. Elle rend plus difficile l'acceptation d'une nouvelle dette.

Les deux sont souhaitables. La première parce qu'elle lui permet de respirer avec ses revenus. La seconde pour qu'elle ne se retrouve pas immédiatement dans le même problème.

Supposons que vous dépensiez 5 000 $ pour un avocat spécialisé dans les faillites et 5 000 $ de plus pour payer ses dépenses pendant un mois. Cela vous laisse tout de même 30 000 $ de moins que pour rembourser ses dettes. Créez un compte et effectuez un dépôt mensuel jusqu'à ce que vous ayez versé 30 000 $. C'est l'argent dont vous disposez pour l'aider. Maintenant, lorsqu'elle se retrouve avec une dépense qui l'aurait auparavant fait sombrer dans l'enfer de l'endettement, vous pouvez l'aider avec cet argent.

Un effet secondaire de cette mesure est que vous serez là pour lui donner des conseils lorsqu'elle aura des difficultés. Vous pouvez la stabiliser si elle panique.

Révision

Cette approche est tout aussi généreuse que votre impulsion, mais elle sera plus sûre à long terme. Elle vous permet de contrôler la façon dont vous l'aidez et d'intervenir si les choses dérapent. Dans l'idéal, votre travail serait terminé une fois le budget établi et l'avocat de la faillite payé, mais cet idéal peut ne pas être réalisable. La présente proposition tient compte de cela et laisse une marge de manœuvre pour les urgences futures d'une manière qui n'est pas le fruit de votre impulsion.

Cette approche coûte également moins cher, mais je ne suis pas sûr que ce soit la partie la plus importante. L'objectif est qu'elle mène une vie indépendante et joyeuse. Je pense que c'est une meilleure approche pour y parvenir.

237
115
2018-06-18 21:09:43 +0000

Je n'ai personnellement aucun problème financier

Avez-vous désespérément besoin d'un problème financier ? Emprunter pour payer la dette d'une autre personne est la voie rapide vers un problème financier.

À moins qu'il ne s'agisse de votre conjoint, car ses dettes seraient les vôtres de toute façon, ne vous endettez pas à sa place. Si la dette est insurmontable, demandez à la personne de faire faillite et soyez disponible pour l'aider à la surmonter. Si la dette peut être gérée, aidez-la par tous les moyens à la gérer. Appelez les créanciers, demandez des règlements ou des réductions, ou des taux plus bas, ou autre chose. Mais, ne vous attachez pas ce noeud coulant autour de votre propre cou.

115
63
2018-06-19 17:49:08 +0000

Premièrement, il est hors de question que vous lui prêtiez de l'argent. De ma voix la plus sévère, Suze Orman, vous ne le ferez pas.

L'argent est plus intime que le sexe, et il y a un très large fossé entre "l'écouter compatir" et mettre sa propre peau dans le jeu.

Gardez tous les pare-feux de responsabilité en place à pleine puissance

Il existe plusieurs types de pare-feux de responsabilité qui sont intégrés au système financier pour votre protection. Utilisez-les au maximum. Ne les cassez pas.

A de rares exceptions près, les créanciers ne peuvent pas toucher le corpus de l'argent du 401k ou du SS, et dans certains états l'argent de l'IRA non plus. Alors ne vous avisez pas de retirer de gros morceaux de ce capital pour rembourser vos dettes ! Cet argent est protégé et ne peut pas être touché, sauf si vous êtes stupide.

Le bouclier de responsabilité le plus élémentaire est entre vous et elle. Les dettes ne sont pas transmises à la famille, sauf si celle-ci se porte volontaire pour cela. Naturellement, chaque créancier voulant vraiment que vous le fassiez. Par conséquent, vous n'allez pas lui donner de l'argent d'une manière qui vous y rattacherait. Comme de le rembourser.

Utiliser des structures de tutelle

Il existe une structure juridique qui permet à une personne de gérer les affaires financières d'une autre personne. C'est ce qui se produit le plus souvent lorsqu'une personne décède et qu'un exécuteur testamentaire est désigné pour liquider les affaires financières du défunt. Cependant, les personnes vivantes peuvent aussi avoir cette possibilité. Il n'est pas nécessaire qu'ils soient incompétents, mais simplement volontaires.

Cela vous donne la possibilité de prendre en charge la dette sans avoir à y toucher. Le fiduciaire n'a aucune responsabilité personnelle pour les dettes du trust, à moins qu'il ne fasse une erreur catastrophique ou qu'il ne tente de voler.

Ne pensez même pas à faire une sorte de version informelle, ad-hoc, à mi-chemin, de ce qui se passe, basée sur la compréhension mutuelle et le mensonge. Faites-le avec un juge ou ne le faites pas du tout.

Qu'est-ce que cela vous apporte ?

D'abord, le trust reçoit une boîte aux lettres, gmail et vumber (par exemple Google Voice) et vous donnez un changement d'adresse officiel aux créanciers. Maintenant, si vous décidez stratégiquement d'arrêter de les payer, et qu'ils pleurent et gémissent et font exploser votre téléphone, ils ne l'embêteront pas, ils embêteront le syndic.

Deuxièmement, lorsque les créanciers essaient tous leurs jeux de pression, vous dites "je suis le syndic" et boum, ils laissent tomber l'acte. La relation est différente : c'est juste une transaction commerciale.

Bien sûr, le trust peut lui couper son crédit et lui donner une indemnité, en arrêtant le comportement durement et rapidement. Elle n'aimerait pas cela, mais la force d'équilibrage de la raison peut être exactement ce dont elle a besoin.

En gros, le trust vous permet de faire équipe avec les créanciers.

Pas de faillite. Point final. A moins que...

La faillite est le conseil classique, mais alors, "Faites la rosée" aussi. Vraiment. Les avocats spécialisés dans les faillites parlent de la faillite et touchent 2 500 $ chaque fois que quelqu'un dépose une demande. Ce conseil peut être utile dans certains cas où des actifs sont en jeu (le travail juridique dans ces cas-là coûte plus de 2 500 $). S'il s'agit d'une dette de consommation non garantie, la faillite** est une avancée rapide vers le pire résultat possible**.

Le bon côté de la faillite est que le créancier appelle et que les courriers cessent. Mais comme l'a dit la tante du Doc Martin dans le premier épisode de cette belle série, "Es-tu un homme ou une souris ?" Et il y a d'autres moyens d'obtenir cela de toute façon.

Alors que, voici les dégâts. Vous devez fournir volontairement ( !) une liste de biens saisissables (au lieu de les traquer à leurs propres frais), et vous devez consentir à ce qu'ils soient tous liquidés pour payer les créanciers. En cacher est un crime. Un administrateur (ça vous dit quelque chose ?) est nommé pour liquider ces biens, mais cette fois, ce n'est pas votre ami, c'est un étranger nommé par le tribunal et vous devez payer son salaire. Au tarif d'un avocat. WTH.

En fait, vous payez pour tous les avocats. Vous perdez le plus, vous gardez le moins et vous payez aussi les avocats. Et votre rapport de crédit est très vite épuisé. Pas étonnant que tout le monde veuille que vous le fassiez !

Alors, lorsque vous êtes prêt à faire faillite uniquement sur des dettes de consommation non garanties, voici ce que vous faites à la place.

Arrêtez de les payer. Sérieusement. À ce stade, deux horloges commencent à faire tic-tac.

Oui, elles vont se tailler et gémir, beaucoup d'appels, beaucoup de lettres. C'est de l'arnaque bon marché et on peut tout ignorer. Nous avons discuté de la façon de les faire dévier pour qu'elles ne soient pas une nuisance.

En coulisses, la banque chasse ses avoirs. Mais ils font une recherche superficielle des choses qu'ils peuvent faire automatiquement, par exemple, via les archives publiques, ils cherchent à dépenser 10 $ sur la question "vaut-il la peine de vous poursuivre". Et vous devez connaître cette réponse pour savoir s'ils vont venir.

Et même dans ce cas, il se peut qu'ils ne viennent pas. Ils devraient d'abord vous poursuivre, s'occuper de votre défense, gagner, retourner au tribunal pour saisir ou saisir des biens, ce qui pourrait leur coûter 5 000 $ ou plus en littéralement bon argent jeté après mauvais -- tout en priant pour que vous ne déclariez pas faillite, ce qui ferait perdre tous les efforts. En fait, le fait que vous n'ayez pas déclaré faillite peut leur rester en travers de la gorge, en pensant que vous avez l'intention pour les rembourser ou les faire battre d'une autre manière. En tant que tel, les créanciers poursuivent à contrecœur, à moins qu'ils ne voient un "cercle de cuivre" bien défini de biens saisissables, qu'ils peuvent néanmoins devoir répartir entre d'autres créanciers. C'est un gros risque.

Comme je l'ai laissé entendre, la faillite est votre arme nucléaire ultime : la destruction mutuelle assurée. Ils ne sont pas payés et votre vie financière est anéantie. Gardez-les jusqu'à ce qu'ils aient déjà gagné le procès et soient sur le point de prendre des actifs d'une manière qui serait pire que la faillite !

Vous avez toujours la possibilité, à tout moment, même en sortant du tribunal après avoir perdu, de régler la dette pour une fraction. Soyez sûr d'être super insultant avec vos offres, c'est incroyable ce qu'ils vont accepter. Ils finiront par vendre votre ancienne dette à un agent de recouvrement pour 5 centimes sur le dollar, donc 20 % peuvent être acceptés.

Il est plus probable qu'ils lanceront des menaces vides de sens jusqu'à ce que la première horloge soit écoulée : c'est la statute de limitation de votre État. La dette est maintenant trop vieille pour être poursuivie. Elle est limitée dans le temps. Vous en êtes libéré. Sauf si vous êtes super stupide : Il est possible de redémarrer cette horloge ; ne le faites pas.

La deuxième horloge s'applique à votre rapport de crédit. 7 ans (et non 10) plus tard, la mauvaise créance a disparu de votre crédit.

"Mais "ne pas les payer" n'est-il pas contraire à l'éthique parce que vous utilisez des astuces juridiques pour ne pas payer ? C'est exactement ce qu'est la faillite. Ils ont le même statut éthique : soit les deux ont raison, soit aucun des deux. Si vous ne croyez pas en eux, ne les faites pas. Et vous pouvez utiliser la méthode du syndic, il suffit de lui dire que vous payez vos dettes. Je suis tout à fait d'accord pour que vous vous mettiez au travail, que vous mangiez des ramen, que vous trouviez un emploi et que vous payiez tout. Il n'y a rien de mal, cependant, à les marchander impitoyablement sur les frais, les intérêts et autres usurpations flagrantes.

63
28
2018-06-18 21:41:49 +0000

J'assiste actuellement un cousin qui a des difficultés. Comme votre parent, elle et son mari ont plus de soixante-dix ans, sont à la retraite et vivent avec un revenu de retraite fixe. Son mari est aveugle, handicapé et en fauteuil roulant. Il était le soutien de famille, donc la source de revenu la plus importante a disparu. Elle a deux emplois, mais ils ne lui permettent pas de survivre. Par prudence, j'envoie 12 chèques par an plutôt qu'une somme forfaitaire afin qu'elle ne soit pas tentée de redécorer le salon ou d'aller à Vegas.

OTOH, j'en avais un autre que j'ai aidé à sortir du trou de la carte de crédit. Et une fois dehors, elle est retournée à l'intérieur, s'endettant encore plus et étant à nouveau assiégée par des intérêts usuraires de 18 % et plus sur sa carte de crédit.

Mon point de vue est de déterminer quelle était la cause de la dette. Si la dette était due à des dépenses essentielles (de survie) dues à des besoins de santé, de loyer, de nourriture, etc. Mais si elle était due à des dépenses inutiles pour des vêtements plus luxueux, à des achats absurdes sur le réseau d'achat à domicile, au dernier IPAD, etc. ou à des cadeaux pour des cousins au 3ème degré enlevés deux fois et que vous n'avez pas vus depuis des décennies, alors fahgettaboutit.

En résumé ? Si la dette était due à des dépenses inutiles, je ne prendrais pas une HELOC, ajoutant une dette à votre existence avec l'espoir que votre parente se remettra sur le droit chemin. Si sa dette est due à une maladie imprévue et à des dépenses concomitantes, alors allez-y.

28
25
2018-06-19 12:54:47 +0000

Obtenez des preuves solides de l'existence de cette dette. Il n'est pas impossible qu'elle ait été trompée pour croire qu'elle a une dette énorme par des escrocs s'attaquant aux personnes âgées. Si vous ne savez pas à 100 % que la dette existe et qu'elle est légitime, vous risquez tous d'être escroqués.

25
21
2018-06-19 18:13:16 +0000

Bien sûr que non. Les deux options sont fondamentalement :

  1. La banque a déboursé 40 000 dollars et n'a jamais été remboursée.
  2. Vous avez perdu 40 000 $ et vous n'êtes jamais remboursé.

Pourquoi échanger l'option 1 contre 2 ? Si vous voulez l'aider, aidez-la à trouver un bon avocat et proposez-lui de couvrir les frais d'avocat si/quand elle en aura besoin (mais voyez les autres réponses pour savoir pourquoi elle ne le ferait pas).

D'autres utilisateurs parlent de se demander si vous seriez d'accord pour lui donner 40 000 $ si (quand) elle ne les rembourse pas, mais c'est une façon absurde d'envisager le problème, car vous ne lui donneriez pas à elle. Vous les donneriez à la banque. Le fait d'avoir prêté cet argent à une personne incapable de le rembourser est le problème/la faute de la banque à 100%. Vous n'avez aucun intérêt à les renflouer.

21
13
2018-06-18 21:04:05 +0000

Plutôt que de prendre une dette garantie pour rembourser sa dette non garantie, je suggère de l'aider d'autres manières.

Commencez à chercher des ressources/programmes visant à aider ceux qui sont mal préparés pour la retraite, le logement à faible revenu, l'aide alimentaire, etc. Tentez de négocier une baisse de loyer ou envisagez de rompre le bail si les économies réalisées peuvent être importantes.

L'aider à établir un budget et des priorités sera la clé, personnellement, je n'aiderais pas quelqu'un dans cette situation à moins qu'il ne soit disposé à être totalement transparent avec moi sur ses finances, plus quelqu'un prend la responsabilité de sa situation et plus il fait preuve de volonté/capacité de changer, plus je suis enclin à l'aider. À moins que son loyer ne dépasse de plusieurs centaines de dollars par mois le montant de certaines alternatives raisonnables, le seul fait de régler la dette de sa carte de crédit ne l'empêchera probablement pas de se heurter au même problème plus tard.

Il est probable que vous pourriez l'aider pour une part bien moindre de votre propre argent si vous l'aidiez à traverser le processus de non-paiement de sa carte de crédit (peut-être la faillite, mais probablement pas nécessaire). Négocier avec les créanciers peut être efficace, mais je ne suis pas sûr qu'une bonne cote de crédit soit utile dans sa situation. Je n'ai jamais entendu parler d'une société d'allègement de la dette à titre onéreux, elle cherche d'abord à gagner de l'argent, vous pouvez l'aider à naviguer dans ce processus, il y a aussi quelques associations à but non lucratif dans cet espace qui peuvent être utiles.

La Californie a un délai de prescription de 4 ans pour poursuivre les dettes, donc ils ont une fenêtre limitée pour intenter un procès. S'il s'agit de 40 000 $ sur une carte, ils ont plus de chances d'intenter une action en justice que s'il s'agit de plusieurs petites dettes, mais on ne peut pas faire couler le sang d'un navet.

Juste un mélange de pensées initiales, que vous pourrez revoir plus tard.

13
6
2018-06-20 01:02:30 +0000

Lisez et suivez les instructions de cet excellent article sur le sujet : https://www.foxbusiness.com/features/lending-to-friends-and-family-your-4-step-guide

CHARGE INTERETS Je ne savais pas que vous deviez facturer des intérêts, sinon l'IRS vous facturera des intérêts imputés.

OBTENEZ-LE PAR ÉCRIT Il existe des exemples de billets à ordre que vous pouvez utiliser. A-t-elle quelque chose qui pourrait être une garantie ? une maison ? une voiture ? des bijoux ?

Utilisez un site qui vous aide à le gérer comme LoanBack ou LendingKarma !

Paiement automatique de son compte vers le vôtre, tous les mois. Ou peut-être que ces sites gèrent les paiements ?

Faites-lui accepter que si elle reçoit de l'argent à l'improviste, il soit d'abord destiné à vous rembourser.

Faites-lui accepter de payer les cartes de manière intelligente, par exemple en payant d'abord celle qui a les intérêts les plus élevés

ÉDUCATION Suggérez-lui d'appeler les banques et de leur demander de passer un accord avec elle, comme l'arrêt des intérêts et de la laisser payer sans plus d'accumulation d'intérêts.

Suggérez-lui de s'inscrire à un cours sur la réduction de la dette / comment gérer l'argent.

OVERSIGHT Hebdomadaire / bimensuel / mensuel examinent ensemble les finances.

Demandez-lui d'utiliser mint.com et vous obtiendrez un identifiant qui vous permettra de vérifier sa situation financière. Demandez-lui de saisir tous ses comptes, anciens et nouveaux, car aucun compte financier n'est exclu, ce qui vous permet d'avoir une vue d'ensemble de sa situation financière.

Demandez-lui de s'inscrire auprès de CreditKarma et de vous fournir un identifiant afin que vous puissiez voir son score de crédit.

TRIAL Prêtez-lui moins de 40 000, disons 3 000, et voyez comment cela se passe. Si jamais elle paie en retard ou ne paie pas comme promis, elle doit toujours de l'argent mais sait qu'elle n'en obtiendra pas davantage de vous.

Une bonne façon de se constituer un crédit : empruntez de l'argent, obtenez un CD (certificat de dépôt) avec, disons, une échéance d'un an, utilisez ce CD comme garantie pour un prêt à rembourser dans le même délai (un an). J'ai fait cela à 17 ans pour commencer à construire un crédit. C'est aussi un programme d'épargne forcée parce qu'à la fin de l'année, le CD arrive à échéance et elle peut retirer les $. Faites une condition : à la fin de l'année, elle doit payer tous les $ du CD sur une autre carte de crédit.

6
6
2018-06-22 20:38:20 +0000

Si vous vous inquiétez de la possibilité pour votre parent d'avoir un logement, NE PAYEZ PAS LEURS DETTES.

Achetez une maison/un appartement (complexe ?) et louez-le leur. Pour 1 $/an si vous le devez.

40 000 $, c'est aussi beaucoup d'argent pour le loyer.

6
3
2018-06-26 15:29:08 +0000

D'autres y ont fait allusion, mais le fait de rembourser la dette ne réglerait pas le problème. Vous devez l'aider à résoudre la raison pour laquelle elle a accumulé la dette au départ.

Vous avez mentionné dans les commentaires que son loyer consomme déjà une bonne partie de son revenu disponible, et qu'il continuera à le faire pendant au moins 6 mois. En fait, c'est la principale raison pour laquelle elle s'est endettée autant au départ. La question évidente, bien sûr, est de savoir pourquoi elle n'a pas réalisé qu'elle ne pourrait pas payer le loyer. En fait, cela fait une très grande différence. A-t-elle subi une baisse inattendue de ses revenus, ou n'a-t-elle pas fait le calcul pour se rendre compte qu'elle ne pouvait pas payer son loyer ?

Si c'est le premier cas, il semble que le problème fondamental soit un problème de revenu. Bien sûr, même si elle n'a pas connu de baisse de revenus inattendue, il est possible qu'elle ait un problème de revenus. Quoi qu'il en soit, vous devez absolument l'aider à trouver un moyen d'améliorer ses revenus ou de réduire ses dépenses.

Une autre possibilité est d'avoir une colocataire pendant un certain temps pour l'aider à compenser les frais de loyer.

Quoi qu'il en soit, à moins que quelque chose ne change, il y a de fortes chances qu'elle recommence à accumuler des dettes dès que vous les aurez remboursées - après tout, si la raison pour laquelle elle a contracté cette dette n'a pas changé, comment peut-on raisonnablement supposer qu'elle ne s'endettera pas davantage à l'avenir ?

Soit dit en passant, une chose à savoir en cas de faillite : il pourrait être plus difficile de louer un autre logement si l'on vérifie le crédit à l'avance. Juste une chose à garder à l'esprit. En plus des dépenses liées à la faillite que d'autres personnes ont mentionnées, il semble que cela ne réglera pas vraiment le problème sous-jacent.

TL;DR Se débarrasser de la dette n'aidera pas si vous ne vous attaquez pas à la raison pour laquelle elle s'est endettée au départ.

3
2
2018-06-19 02:47:06 +0000

Si vous contractez un prêt et lui donnez l'argent, je soupçonne deux choses : A) elle peut rembourser sa dette existante - mais là encore elle ne le fera peut-être pas - et elle prendra presque certainement la disponibilité d'un "ange" (c'est-à-dire vous) pour signifier qu'elle peut accumuler plus de dettes, sans pénalité ni responsabilité ; et B) vous serez à court d'argent. Je lui recommande de s'adresser à un conseiller en endettement qui pourra peut-être faire baisser les taux de sa dette actuelle, consolider les dettes pour réduire le total des paiements, ou quelque chose de ce genre. Mais donner de l'argent à cette personne fait de vous son "facilitateur" - vous pensez l'"aider", mais en réalité vous ne lui donnez aucune raison de changer ses habitudes.

2
1
2018-06-20 08:54:10 +0000

Si on la laisse déposer son bilan, le prêt sera annulé. Elle aura une marque dans son historique de crédit, mais peu importe qu'il lui incombe de prendre soin des choses. Si vous l'aidez, elle pourrait recommencer le même cycle d'endettement. Si vous avez de l'argent à dépenser, vous pouvez faire un don à une œuvre de bienfaisance, voyager dans le monde entier, vous offrir de belles choses ou investir davantage dans vos futurs revenus. N'alimentez pas sa dépendance, elle aurait dû faire attention avant d'acheter toutes les choses inutiles. Utiliser une carte de crédit, c'est comme utiliser l'argent des banques, ne pas rembourser ne lui coûterait rien, mais elle apprendrait une expérience de vie digne de ce nom.

récupérer le prêt auprès d'elle reviendrait à brûler le pont entre vous aussi, après un an ou deux disons.

1
1
2018-06-19 16:10:21 +0000

Voici une règle empirique utile pour les prêts personnels :

*Seriez-vous prêt à donner volontiers et sans poser de questions le même montant à cette personne en guise de cadeau ? *

Puisque vous êtes manifestement suffisamment préoccupé par le prêt pour poser des questions en ligne, la réponse est un non bruyant et retentissant. À moins que la somme ne soit suffisamment petite (ou que la situation ne soit suffisamment grave) pour justifier que vous la donniez en cadeau, vous ne devriez même pas envisager un prêt dans les mêmes circonstances.

Au lieu de lui accorder un prêt, vous pourriez lui proposer de l'aider à faire face à ses dépenses pendant qu'elle rembourse le reste de ses dettes (ou de payer un avocat compétent lorsqu'elle fait faillite afin de libérer ses dettes).

1