Finances personnelles et argent
2017-03-20 12:00:00 +0000
150

Pour les personnes très fortunées, est-il logique de ne pas avoir d'assurance ?

Différents types d'assurance (santé, automobile, vie) vous protègent contre des événements de la vie relativement peu probables mais très coûteux (cancer, accident de voiture grave, etc.). Pour le citoyen moyen, il est logique de disposer de ce type d'assurance, car nous pourrions faire faillite si l'un de ces événements se produisait.

En moyenne, cependant, l'assuré perd de l'argent et les compagnies d'assurance en gagnent. Non pas que ce soit une mauvaise chose, les compagnies d'assurance fournissent un service précieux.

Les personnes très fortunées peuvent absorber le coût d'événements coûteux. Il semble qu'elles économiseraient de l'argent et des frais supplémentaires en n'ayant pas d'assurance du tout (car certaines compagnies d'assurance sont difficiles à gérer).

Pour une personne très fortunée, est-il logique de ne pas avoir de types d'assurance communs (lorsque la loi ne l'exige pas) ? Comment déterminer s'il est préférable pour elle de ne pas avoir d'assurance ?

Réponses [15]

102
2017-03-20 13:15:55 +0000

Je pense que la clé de cette question est votre dernière phrase, car elle s'applique à tous, qu'ils soient fortunés ou non :

Comment déterminer s'il est préférable pour eux de ne pas avoir d'assurance ?

En général, l'assurance est un bien net lorsque la couverture permet d'éviter un événement "catastrophique". Si un événement catastrophique ne se produit pas, eh bien, vous avez gaspillé de l'argent pour l'assurance. S'il se produit, vous venez de vous sauver de la faillite. Il s'agit là de deux résultats distincts, de sorte qu'il n'est pas pratique de prendre le coût "moyen" d'un événement catastrophique (et de le comparer aux primes d'assurance plus élevées). C'est une façon de réduire le risque, et non de maximiser les rendements. Laissez la compagnie d'assurance prendre le risque - elle a l'avantage d'avoir un groupe de personnes qui paient les primes, et vous en profitez parce que votre propre vie comporte moins de risques financiers.

Maintenant, pour quelque chose comme de l'électronique bon marché, l'assurance est une mauvaise idée. En effet, vous disposez désormais d'un "réservoir" de risques potentiels et votre propre expérience de la vie pourrait être proche du résultat "moyen" escompté. Cela signifie que vous paierez l'assurance plus cher que si vous vous contentez de remplacer des objets cassés. Cette réponse est une autre bonne ressource sur le sujet.

**À votre question, à quel moment en termes de valeur nette la maison de quelqu'un devient-elle équivalente à vous et à votre grille-pain ? [ Cette réponse ]

Rappelez-vous que si vous avez une assurance incendie, vous protégez la valeur de votre maison, car cette perte serait catastrophique pour vous. Mais une personne très fortunée trouverait probablement aussi la perte de sa maison catastrophique. À moins qu'il ne soit milliardaire et qu'il possède plusieurs manoirs de plus de 10 millions d'habitants, il est très probable que, quelle que soit sa richesse, une partie importante de sa valeur est immobilisée dans sa maison. Même 10 % de votre valeur nette serait un montant substantiel.

Par exemple, quelqu'un qui vaut 1 million de dollars n'aurait-il qu'une maison de 100 000 euros ? Une personne qui vaut 10 millions de dollars n'aurait-elle qu'une maison de 1 million de dollars ? Cela dépend de l'endroit où il vit, et de son degré d'extravagance. De même, si vous valez 10 millions de dollars, vous n'aurez peut-être pas besoin d'une assurance supplémentaire pour votre Toyota Camry, mais vous pourriez en avoir besoin si vous conduisez une Ferrari à 1 million de dollars ! Sans compter que des choses comme l'assurance automobile peuvent vous couvrir pour la responsabilité civile, qui pourrait s'étendre au-delà de la valeur de votre voiture, aux frais médicaux et d'invalidité pour toute personne victime d'un accident. En fait, le fait d'avoir une valeur nette élevée peut vous rendre plus vulnérable aux poursuites judiciaires, ce qui rend cette assurance encore plus importante.

En outre, les personnes fortunées ont une assurance dont vous ou moi n'avons pas besoin. Il peut s'agir d'une assurance contre l'enlèvement, d'une assurance pour les opérations commerciales ou d'une assurance vie utilisée pour garantir les prêts bancaires.

Alors oui, même les personnes fortunées peuvent craindre des catastrophes, et si elles ont autant d'argent, pourquoi ne paieraient-elles pas pour réduire ce risque ? L'assurance leur fournit un service comme à tous les autres, c'est juste que les articles qu'ils considèrent trop "bon marché" pour être assurés sont plus chers qu'un grille-pain.

Modifiez pour contrer les inquiétudes de certaines autres réponses, qui disent que l'assurance est "toujours une mauvaise idée" :

Imaginez que vous êtes dans un épisode kafka-esque de "Let's Make a Deal". Monty Hall vous montre deux univers parallèles, chacun avec 100 portes. Vous devez choisir votre univers, puis choisir une porte. Le premier univers est celui où vous avez acheté une assurance, et derrière chaque porte, il y a une pénalité de 200 $. Le deuxième univers est celui où vous n'avez pas acheté d'assurance, et derrière 99 portes, il n'y a rien, une porte au hasard contenant une pénalité de 10 000 $. En moyenne, en jouant le jeu 99 999 fois, vous sortirez gagnant 2:1 en n'achetant pas d'assurance. Mais vous ne jouez au jeu que peut-être 3 fois dans votre vie. Alors, quel univers choisissez-vous ?

Maintenant, vous pourriez dire "pfft - je peux couvrir le coût d'une pénalité de 10 000 $ si cela arrive". Mais c'est exactement le but - l'assurance (sauf si elle est déjà exigée par la loi) est un bien net lorsqu'elle couvre des pertes catastrophiques. Si vous êtes suffisamment riche pour couvrir une perte particulière, vous ne devriez généralement pas souscrire cette assurance. C'est pourquoi personne ne devrait assurer son grille-pain. Ce n'est pas une question de "rendement moyen", c'est une question de "réduction des risques".

102
63
2017-03-21 15:17:03 +0000

Oui, et le calcul qui vous dit quand est appelé le critère de Kelly.

Le critère de Kelly est à première vue le montant que vous devez miser sur un jeu à somme positive.

Imaginez que vous avez un jeu où vous tirez à pile ou face, et si vous jouez à pile ou face, vous obtenez 3 fois votre mise, et si vous jouez à face, vous perdez votre mise. Naïvement, vous penseriez "super, je devrais jouer, et parier chaque dollar que j'ai !" -- après tout, il y a un retour sur investissement moyen de 50%. Vous obtenez en moyenne 1,5 $ pour chaque dollar que vous pariez, donc chaque dollar que vous ne pariez pas est une perte de 0,5 $.

Mais si vous faites cela et que vous jouez tous les jours pendant 10 ans, vous finirez presque toujours par faire faillite. C'est drôle.

D'un autre côté, si vous ne pariez rien, vous perdez un excellent investissement. Donc, selon certaines hypothèses, vous ne voulez pas tout miser, ni ne voulez rien miser (en supposant que vous puissiez répéter le pari presque indéfiniment).

La question qui se pose alors est la suivante : quel pourcentage de votre capital devriez-vous parier ?

Kelly Criterion répond à cette question. Le cas typique de Kelly Criterion est celui où nous faisons un pari avec des rendements positifs, et non une assurance contre les pertes ; mais avec un peu de ruse mathématique, nous pouvons l'utiliser pour déterminer combien vous devriez dépenser pour vous assurer contre les pertes.

Une façon "facile" de comprendre le critère de Kelly est de vouloir maximiser le logarithme de votre valeur dans une période donnée. Une telle maximisation se traduit par la plus grande valeur à long terme dans un certain sens.

Essayons dans une affaire d'assurance.

Supposons que vous ayez un actif de 1 million de dollars. Il a 1 % de chance par an d'être détruit par un événement aléatoire (inondation, incendie, taxes, fourches).

Vous pouvez souscrire une assurance contre ce risque pour 2 % de sa valeur par an. Elle couvre même les fourches.

À première vue, cela semble être une mauvaise affaire. Votre perte prévue n'est que de 1 %, mais le coût pour cacher la perte est de 2 % ?

Si c'est votre seul actif, alors la perte rend votre valeur nette nulle. Le logarithme de zéro est négatif à l'infini. Dans le cadre de Kelly, toute assurance (aussi inefficace soit-elle) vaut la peine. Il s'agit d'un cas un peu extrême, et nous verrons pourquoi il ne s'applique pas, même s'il semble que ce soit le cas ailleurs.

Maintenant, supposons que vous ayez 1 million de dollars d'autres actifs. Dans le cas assuré, nous terminons toujours l'année avec 1,98 million de dollars, même si la catastrophe se produit. Dans le cas non assuré, nous avons 2 millions de dollars dans 99% des cas, et 1 million de dollars dans 1% des cas.

Nous voulons maximiser la valeur logarithmique attendue de notre valeur. Nous avons un log(2 millions - 20 000) (le cas assuré) contre 1 % * log(1 million) + 99 % * log(2 millions).

Ou 14,49 (cas assuré) contre 13,7953 (cas non assuré). Selon le critère Kelly, l'assurance en vaut la peine ; notez que vous pourriez "vous permettre" de remplacer votre maison, mais comme elle représente une grande partie de votre valeur nette, Kelly dit que "c'est trop douloureux" et que vous devriez simplement payer l'assurance.

Maintenant, supposons que vous valez 1 milliard. Nous avons le log(1 milliard - 20k) du côté assuré, et 1%*log(999 millions) + 99% * log(1 milliard) du côté non assuré.

Les logs de chaque côté sont de 20,72 (assurés) contre 21,42 (non assurés). (Notez que la base du logarithme n'a pas d'importance ; tant que vous utilisez la même base de chaque côté).

Selon Kelly, nous avons trouvé un cas où l'assurance ne vaut pas la peine.

Le critère Kelly vous dit en gros "si je prenais ce pari à chaque (période de temps), serais-je en moyenne plus riche après (de nombreuses répétitions de ce pari) que si je ne prenais pas ce pari ? Lorsque la réponse est "non", cela implique que l'auto-assurance est plus efficace que le recours à une assurance externe. La réponse sera sensible à la marge bénéficiaire du produit d'assurance que vous achetez et à la taille de l'actif par rapport à votre patrimoine total.

Or, le critère de Kelly peut facilement être mal appliqué. Le fait d'avoir une valeur financière nulle en actifs courants peut facilement ignorer les actifs non financiers (comme votre capacité à travailler, ou vos amis, ou autre). Et cela suppose de se répéter à l'infini, et les gens ont tendance à ne pas vivre aussi longtemps.

Mais c'est un bon point de départ.

Notez que l'option de la faillite peut facilement faire en sorte que l'assurance ne "vaille pas la peine" pour des personnes beaucoup plus pauvres ; c'est l'une des raisons pour lesquelles les banques insistent pour que vous ayez une assurance sur vos biens.

Vous pouvez utiliser Kelly pour calculer le montant de l'assurance que vous devriez souscrire à une marge bénéficiaire donnée pour la compagnie d'assurance, compte tenu de votre valeur nette et du risque encouru. Dans le domaine des finances, ce calcul peut également servir à déterminer le montant de la couverture de vos paris dans un investissement ; en effet, il permet de quantifier la façon dont le fait d'avoir de l'argent permet de gagner plus facilement de l'argent.

63
48
2017-03-20 21:57:26 +0000

Il existe deux maximes qui aident à donner un sens à l'assurance :

  1. ne jamais assurer ce que vous pouvez vous permettre de remplacer
  2. assurer toujours tout ce que vous ne pouvez pas vous permettre de perdre

Selon ces 2 règles, une assurance "normale" a du sens. Vous ne pouvez pas vous permettre de remplacer votre voiture ? assurez-la. Vous ne pouvez pas vous permettre de perdre votre télévision ? Ne l'assurez pas.

Les personnes ayant une valeur nette de faibles millions ont des besoins en assurance très similaires à ceux de la classe moyenne. Par exemple, ils peuvent se permettre d'acheter une nouvelle voiture lorsqu'ils totalisent leur patrimoine, mais ils ne peuvent probablement pas se permettre de payer les soins de longue durée de la personne qu'ils ont accidentellement écrasée. De même, ils ont probablement besoin d'assurer leur maison d'un million de dollars, tout comme la moyenne des gens assure un logement plus abordable.

Les personnes "très riches" ont toujours les mêmes choix de base, mais pour des actifs différents. Si vous êtes un milliardaire, vous ne vous donnerez peut-être pas la peine d'assurer votre maison d'enfance de 30 000 $ ou votre flotte de véhicules, mais vous assurerez probablement votre maison de 250 millions de dollars, votre yacht de 100 millions de dollars et vos voitures de collection plus chères.

Il convient également de noter que les personnes "très riches" courent un risque beaucoup plus élevé d'être poursuivies pour négligence ou blessure corporelle. C'est pourquoi elles sont plus susceptibles de souscrire une assurance responsabilité civile ou une assurance parapluie pour se protéger contre ces risques. Des poursuites pour dommages corporels de plusieurs millions de dollars ne seraient jamais intentées contre une personne plus pauvre simplement parce qu'elle n'a pas les moyens de payer même les frais d'avocat du plaignant lorsqu'elle perd le procès.

L'assurance a également un sens lorsque la compagnie d'assurance risque de sous-estimer (grossièrement) le risque qu'elle prend. Par exemple, si je suis un vraiment mauvais conducteur, mais que j'ai un casier judiciaire vierge grâce à mon armée d'avocats, alors l'assurance peut être une bonne affaire pour moi, même en moyenne. Pour pousser à l'extrême les stéréotypes sur les "très riches", mon voisin milliardaire excentrique et moi sommes peut-être en train de nous disputer de plus en plus, ce qui, je pense, fera que mon majordome fera "accidentellement" rouler sa voiture dans la précieuse Ferrari 1961 de mon voisin.

48
24
2017-03-20 14:58:07 +0000

Le but de l'assurance est d'échanger des coûts variables élevés contre des coûts fixes beaucoup plus faibles. La question n'est pas de savoir si vous pouvez vous permettre ce qui serait un événement catastrophique pour quelqu'un d'autre, mais s'il serait préférable de payer une petite somme régulièrement plutôt qu'une somme plus importante occasionnellement.

L'une des raisons de souscrire une assurance est d'éviter les litiges coûteux (les riches sont plus souvent visés par les litiges). En souscrivant une assurance responsabilité civile, la compagnie d'assurance paie le litige et/ou le règlement. Si vous êtes suffisamment riche pour conserver un cabinet de contentieux expérimenté, vous n'avez peut-être pas besoin de cet avantage, mais il peut être intéressant de confier ce stress à un tiers.

L'assurance vie est également un élément important de la planification successorale en raison du traitement fiscal des versements d'assurance par rapport au traitement fiscal d'une succession importante.

Il existe certainement des catégories d'assurance qui ont moins de sens pour ceux qui disposent de grandes liquidités, mais l'argent n'annule pas tous les avantages de l'assurance.

24
12
2017-03-20 12:17:53 +0000

Cela dépend. L'expression "personnes à valeur nette élevée" est très subjective.

Disons qu'une personne vaut 1,5 million. Élevée, mais pas super élevée. D'une part, ils devraient avoir une politique globale. Tant que votre valeur nette n'est pas supérieure à 300 000, vous n'avez pas vraiment besoin d'une assurance globale. Ils devraient assurer leur maison et leur voiture, mais ils devraient probablement avoir des franchises élevées. L'assurance maladie est indispensable, car une mauvaise maladie peut les anéantir. Ils devraient avoir une assurance soins de longue durée lorsqu'ils atteignent l'âge de 60 ans.

Supposons maintenant qu'une personne vaut environ 10 millions. Elle pourrait être en mesure d'assurer elle-même son transport de base et n'a probablement pas besoin d'une assurance dépendance. Toutefois, elle peut choisir de souscrire une assurance automobile complète, ou d'autres lignes, parce que c'est une valeur.

En conclusion, l'assurance doit changer en fonction de la valeur nette et du revenu d'une personne. Il est très difficile de faire une déclaration générale sans connaître la composition de la valeur nette d'une personne et la façon dont elle gagne sa vie.

Cela étant dit, une personne disposant d'une valeur nette élevée (HNW) peut ne jamais être en mesure d'abandonner certaines couvertures. Disons qu'un HNW possède une copropriété de 50 000 habitants, une autre de 1 000 pieds carrés. Étant donné que la structure extérieure est couverte par la HOA, l'assurance d'une telle unité ne couvre que le contenu et la responsabilité. Le contenu pourrait facilement être couvert par la personne de HNW, mais pas la responsabilité. Il est probablement exigé, dans leur police d'assurance globale, qu'ils aient la protection maximale en matière de responsabilité civile pour leurs véhicules et leurs biens. Dans le cas ci-dessus, ils souscriraient une police d'assurance aux fins de la protection contre la responsabilité.

Cela pourrait également être le cas pour leurs personnes à charge. Par exemple, leur enfant adulte reçoit une aide financière de ses parents (comme le paiement des frais d'études). Les personnes HNW devraient faire couvrir à leur enfant le maximum de responsabilité sur la police d'assurance automobile. Selon ce site : Une personne ayant une valeur nette de 1,5 million se situerait dans le 90-95e centile, une personne ayant 10 millions dans le 99e. Cet article : décrit de manière décente ce qui constitue une personne ou un ménage à valeur nette élevée. À savoir 1 million d'actifs investissables, ce qui est bien sûr un peu différent de la valeur nette.

12
10
2017-03-20 23:05:31 +0000

La réponse générale à cette question est "oui". Lorsque vous avez affaire à des millionnaires à un chiffre, la réponse est que leurs habitudes et leurs besoins en matière d'assurance sont fondamentalement les mêmes que ceux de tout le monde. Les millionnaires à deux ou trois chiffres, c'est-à-dire les personnes qui valent des milliards, ont des options supplémentaires, mais celles-ci se résument essentiellement à une "auto-assurance" plutôt qu'au paiement d'une police d'assurance à une compagnie. Ce qui suit est basé à la fois sur ce que j'ai lu et sur une bonne partie de mon expérience personnelle de travail pour ou avec différentes catégories de millionnaires, voire de milliardaires.

A propos des types d'assurance que vous mentionnez :

Assurance vie

Elle sert généralement à fournir aux survivants un revenu de remplacement pour les revenus que vous ne pouvez plus assurer en cas de décès, en plus du paiement des frais liés au décès (frais d'obsèques, d'hospitalisation, etc.). Même les millionnaires et les milliardaires en bénéficient, oui, mais plus votre valeur nette est élevée, moins elle a de valeur. Si vous avez une valeur à 9 ou 10 chiffres, vous avez probablement déjà constitué des fonds en fiducie pour les membres de votre famille, de sorte qu'un versement supplémentaire provenant d'une police d'assurance représentera probablement une petite fraction de la richesse que vous laisserez à vos survivants et, comme on l'a dit, l'assurance est rentable. Cela étant dit, les membres du club des 9+ figures pour lequel j'ai travaillé avaient tous des polices d'assurance-vie de plusieurs millions de dollars, qui étaient payées ou fortement subventionnées par les compagnies dont ils étaient propriétaires ou pour lesquelles ils travaillaient. Je doute qu'ils auraient détenu ces polices s'ils avaient dû en payer le coût total, mais quand c'est gratuit ou bon marché, pourquoi pas ?

Assurance maladie

Absolument. Comme l'assurance maladie en Amérique est un avantage professionnel non imposable, en raison des réglementations de la Seconde Guerre mondiale, tous les riches avec lesquels j'ai été en contact ont eu des projets scandaleusement bons dans le cadre des sociétés pour lesquelles ils travaillent ou qu'ils possédaient. Cela dit, même les bénéficiaires de leurs fonds fiduciaires avaient une assurance maladie, car ce type d'assurance (en Amérique du moins) n'est pas vraiment une assurance, c'est plutôt un plan de prépaiement des frais médicaux, et en tant que tel, il permet un accès plus large aux soins de santé que le simple fait d'avoir assez d'argent pour payer les traitements dont on a besoin. Si vous entrez dans un hôpital en tant que millionnaire et que vous affirmez que vous pourrez certainement payer votre opération à cœur ouvert en espèces, vous obtiendrez une réponse très différente de celle que vous obtiendriez si vous vous rendiez à l'hôpital avec votre carte d'assurance et votre couverture "de niveau diamant". Dans ce cas, il ne s'agit donc pas tant d'avantages monétaires (bien qu'il s'agisse d'un type d'"assurance" généralement gratuite ou à forte réduction pour l'individu, ce qui est un facteur) que d'un accès plus facile aux soins de santé.

Assurance automobile

Bien que la loi l'exige, c'est l'une des formes d'assurance les plus courantes que les personnes très riches peuvent gérer, et le font souvent différemment du reste d'entre nous. La plupart des États américains (si ce n'est tous) ont adopté une disposition permettant aux automobilistes de s'auto-assurer, ce qui revient à constituer une caution pour couvrir les réclamations qui leur sont adressées. En gros, vous déposez le montant minimum que l'État juge nécessaire pour l'assurance automobile auprès de l'organisme d'État responsable, vous obtenez un certificat d'auto-assurance et vous êtes prêt à partir. Toutes les personnes très fortunées que je connais ont choisi cette voie pour deux raisons : premièrement, elles n'ont pas eu à traiter avec les compagnies d'assurance (ou à payer des taux très élevés en raison de toutes les contraventions pour excès de vitesse qu'elles ont prises) et deuxièmement, elles ont fait leur dépôt avec des obligations d'État qu'elles avaient de toute façon dans leur portefeuille, et elles pouvaient toujours percevoir les intérêts sur leurs dépôts d'auto-assurance. Bien sûr, cela signifiait que s'ils détruisaient ou abîmaient leur Maserati ou leur Bentley ou autre, ils seraient obligés de la réparer ou de la remplacer... mais je suppose que si vous pouvez vous permettre une voiture de 200 000 dollars, vous pouvez vous permettre d'en acheter une deuxième si vous la détruisez, ou de vous contenter d'une de vos autres voitures de luxe à la place.

Puisque quelqu'un d'autre a parlé d'assurance contre l'enlèvement, je signale ici que ce que Robert DeNiro a fait au Casino lorsqu'il a mis quelques millions de dollars dans un coffre-fort pour sa femme afin qu'elle puisse l'utiliser s'il était enlevé ou s'il devait payer un fonctionnaire est essentiellement la même chose qu'une "auto-assurance". Mettre de l'argent de côté quelque part pour des événements inattendus au lieu de souscrire une police d'assurance contre eux. Dans la vie réelle, les très riches le font souvent avec des bons du Trésor américain, des obligations d'État et d'autres investissements sûrs et porteurs d'intérêts. Ils gagnent un peu d'argent, diversifient leur portefeuille et s'assurent en même temps contre une perte potentielle importante.

Assurance habitation

C'est un autre domaine de l'assurance où même les très riches sont remarquablement semblables au reste d'entre nous, en ce sens qu'ils l'ont tous généralement, oui, bien que la raison soit un peu différent. Pour les personnes normales, la maison qu'elles possèdent représente généralement la plus grande partie de leur valeur nette, ou au moins une fraction très importante, pour les personnes âgées dont l'épargne-retraite dépasse la valeur de leur maison. Pour nous, donc, nous avons une assurance pour les propriétaires de maison afin d'éviter qu'un événement catastrophique n'anéantisse la plus grande partie de notre valeur nette. Si vous êtes un individu ultra-riche qui peut se permettre une maison à 8 chiffres, ce n'est pas vraiment le cas (du moins avec ceux avec lesquels j'ai eu affaire, qui ont fait fortune dans les affaires et qui gèrent bien leur patrimoine et diversifient leurs actifs - cela pourrait être différent pour les stars du sport ou l'industrie du divertissement), et ces personnes possèdent généralement plusieurs maisons de toute façon, donc ce n'est pas comme un gros problème s'ils en perdent une. Cependant, personne n'achète réellement une maison de plusieurs millions de dollars en faisant un chèque de plusieurs millions de dollars. Ils obtiennent un prêt hypothécaire, comme nous tous. Et pour obtenir un prêt hypothécaire, il faut une assurance sur la propriété. Donc oui, même les personnes très riches ont généralement une assurance sur leur(s) maison(s). Il y a un élément de refus de dépenser 20 millions de plus si la maison brûle ou si quelqu'un entre par effraction et vole vos objets de valeur, mais la raison principale est qu'il est nécessaire d'obtenir un prêt hypothécaire au départ, ce qui est généralement fait pour des raisons financières - l'intérêt sur votre prêt hypothécaire est une déduction fiscale et vous ne voulez pas engloutir des millions de dollars d'un coup pour acheter une propriété dont la valeur ne va pas s'apprécier, alors que vous pouvez obtenir un prêt hypothécaire et investir ces millions de dollars pour gagner plus d'argent à la place.

10
6
2017-03-20 13:16:53 +0000

En termes simples, cela a un sens à partir du moment où vous pouvez vous permettre la perte sans conséquences négatives. Par exemple, si votre voiture coûte 20 000 dollars et que vous en avez 20 000 autres qui traînent, vous pouvez choisir de ne pas assurer votre voiture contre les dommages. Dans le pire des cas, vous pouvez simplement en acheter une nouvelle.

Cependant, ne pas assurer votre voiture a un coût caché : vous ne pouvez plus investir cet argent à long terme. Si votre assurance coûte 500 dollars par an et que vous pouvez investir ces 20000 dollars avec un retour sur investissement de plus de 2,5 %, il est toujours judicieux d'investir cet argent tout en faisant assurer votre voiture.

6
2
2017-03-20 17:17:01 +0000

La décision de souscrire ou non une assurance comporte un aspect économique, social et psychologique, et si oui, lequel.

Sur le plan économique, comme vous le dites déjà dans votre question, une assurance est en moyenne une perte nette pour l'assuré.

Le mot clé ici est "moyenne". Si vous savez qu'il y a beaucoup de cas de cancer dans votre famille, souscrivez une assurance maladie par tous les moyens ; c'est un investissement judicieux. Si vous êtes un conducteur téméraire, assurez-vous que votre assurance responsabilité civile vous offre une couverture étendue.

Mais en l'absence de ces risques supplémentaires :

  • Indépendamment de la fortune de quelqu'un, l'assurance devrait être limitée à la couverture des événements catastrophiques.

  • Ce que l'on oublie souvent, c'est que l'assurance par tous les moyens devrait réellement couvrir ces événements catastrophiques. Par exemple, les minimums de responsabilité civile automobile dans de nombreux États ne sont pas suffisants. La personne typique de la classe moyenne supérieure pourrait probablement payer les 15k/30k/10k exigés en Arizona avec un prêt sur sa maison ; mais un accident vraiment catastrophique n'est tout simplement pas couvert et ruinerait totalement cette personne et sa famille.

  • Assurer les petits dommages est une erreur courante: économiquement parlant, toutes les assurances devraient avoir des franchises aussi élevées que l'on peut se permettre de payer sans trop souffrir.

Cette qualification de "douleur" a un aspect économique et social. Bien sûr, tout risque qui se matérialise est un dommage économique quelconque ; peut-être que maintenant je ne peux pas acheter la PS4, ou la bague en diamant, ou la voiture, ou la maison, ou l'île qui avait attiré mon attention. Je pourrais probablement faire toutes ces choses, mais peut-être sans quelques extras, même si j'avais payé l'assurance ; donc si je ne veux pas vivre avec le risque de perdre cette possibilité, je ferais mieux de souscrire une assurance.

Un autre aspect économique est que l'argent ne sera peut-être pas disponible sans la vente des actifs, éventuellement dans un délai très court et donc pas au meilleur prix. Les frais d'assurance servent alors à payer une ligne de crédit de secours permanente (et ne devraient pas être plus chers que cela).

L'aspect social est que même des événements qui ne ruineraient pas à proprement parler une personne pourraient la forcer à, disons, vendre son penthouse de Manhattan (plus de fêtes !) ou annuler son adhésion au country club. C'est une douleur sociale qu'il faut probablement éviter.

Un autre aspect socio-économique est que vous pouvez avoir une relation avec la personne qui vous vend l'assurance. Peut-être achète-t-il sa voiture chez votre concessionnaire ? Peut-être est-il votre compagnon de golf ? Dans ce cas, l'assurance peut être un bon investissement. Ce n'est qu'à la limite du mauvais pour commencer ; tout avantage fait passer la ligne dans la zone de profit.

L'aspect psychologique est qu'une assurance achète la tranquillité d'esprit, et cela semble souvent être l'avantage le plus important. Une fléchette frappe l'écran plat ? Hé, c'était assuré. Les juniors totalisent la Ferrari ? Hé, elle était assurée. Même si la maison brûle, avoir une assurance incendie sera une consolation.

2
1
2017-03-24 07:58:28 +0000

Alors que la plupart des réponses portent sur le coût de remplacement et sur la quantité d'argent dont vous devriez disposer pour les biens matériels. Il y a quelques autres questions à prendre en compte.

Cependant, avant de commencer, ces questions ne sont pas liées à la valeur nette des personnes. Elles sont liées à d'autres facteurs. Avoir de l'argent aide certainement, mais quelqu'un qui ne vaut que 10 dollars peut ne pas avoir besoin d'assurer ses biens dans certaines circonstances.

L'assurance est une stratégie d'évitement des risques. En tant que telle, elle doit être utilisée pour éviter des risques qui, autrement, vous causeraient des problèmes. L'exemple normal est une maison. Si vous perdiez votre maison en raison d'un incendie, seriez-vous en mesure de "tenir le coup" pendant que vous remboursez le prêt hypothécaire et que vous obtenez un nouveau prêt hypothécaire pour payer une nouvelle maison ? C'est un point de vue relativement simple, mais il est bon.

De nos jours, les gens ont tendance à considérer l'assurance comme un compte d'épargne. J'ai payé en X et j'ai donc droit à Y. L'assurance maladie (nous y reviendrons plus tard) aggrave le problème en se vendant comme ça, mais ce n'est tout simplement pas vrai. Pour quoi vous payez la prime pour éviter le risque de perte. Non pas pour disposer d'une réserve d'argent dans laquelle puiser en cas de besoin, mais pour qu'un tel besoin ne se présente jamais.

Ce qui nous ramène à la question suivante : faut-il s'assurer ?

Actifs corporels

Supposons que vous n'ayez aucune obligation légale ou contractuelle de souscrire une assurance. Si vous mettiez l'argent que vous dépensez de côté, auriez-vous assez d'argent pour vous assurer un nouvel actif si votre actif actuel venait à disparaître ? C'est l'argument habituel. Mais il y a un deuxième aspect. Avez-vous besoin de cet actif ou pouvez-vous simplement accepter la perte ? Prenons un cou rouge pendant une seconde. Bien qu'il ne soit certainement pas millionnaire, ou "aisé" par les moyens conventionnels, le type qui a 6 voitures sur des briques dans sa pelouse n'a pas besoin d'assurer 6 voitures. Si l'une d'entre elles venait à disparaître, cela pourrait lui causer des difficultés, mais bon, il en a 5 de plus.

Donc, pour les biens tangibles, il s'agit plutôt de savoir si vous avez les moyens de remplacer l'objet, si vous devez le remplacer et quel est le risque de perdre l'objet ? Que préféreriez-vous perdre, l'article ou le coût de l'assurance ?

Actifs non tangibles

Je vais essayer de garder cela aussi peu passionné que possible, mais sachez que je suis partial.

Il y a deux grands exemples d'actifs non tangibles qui sont couramment assurés. L'assurance vie et l'assurance maladie. Il y en a d'autres, mais il est très difficile de faire payer les gens pour assurer quelque chose qu'ils n'ont pas vraiment. Les idées peuvent être assurées, par exemple, mais pour assurer une idée, il faut l'énoncer clairement, à ce moment-là pourquoi ne pas simplement déposer un brevet, etc.

Gardez à l'esprit que beaucoup de personnes et d'entreprises s'assurent contre les pertes dues au vol de PI ou d'autres choses intangibles de ce type. Ces assurances suivent en grande partie les mêmes règles que les actifs corporels. Cette section est destinée à mettre l'accent sur les assurances qui ne le font pas.

Assurance vie

L'assurance vie est un peu bizarre. Nous allons tous mourir, donc cela semble être un "bon pari", mais ce contre quoi vous vous assurez avec une assurance vie est un décès prématuré. Pour l'assurance vie temporaire, c'est un pari. Allez-vous mourir avant la fin de votre contrat ? Pour une assurance vie complète (sans terme), c'est un autre pari. Vous mourrez avant d'avoir versé les sommes convenues. Dans de nombreux cas, il est également possible que vous manquiez un paiement ou deux et que vous annuliez la police avant votre décès. Si le risque de votre décès vaut l'assurance. En général, si vous êtes jeune, la réponse est oui. Il vous manque un seul revenu pour votre famille ? Va-t-elle s'en sortir sans l'assurance ? Mais en vieillissant, à mesure que l'assurance vie devient plus sûre, elle devient également moins nécessaire. Vos enfants déménagent, ils ne dépendent plus de vous. Vous avez ouvert un compte de retraite pour que votre partenaire n'ait pas à s'inquiéter si quelque chose devait arriver. Quel risque exactement essayez-vous d'éviter à ce stade ? Vous allez mourir. Vous avez prévu cette éventualité, ce n'est plus un risque, c'est un fait.

Assurance maladie

Est une autre bête tout court. Historiquement, vous vous êtes assuré contre un événement catastrophique, que vous ne pouviez pas vraiment prévoir. Disons une crise cardiaque. La chirurgie et le traitement se chiffreraient en dizaines de milliers, et vous seriez ruiné si vous n'aviez pas d'assurance pour couvrir cela. C'était le risque que vous évitiez. Un événement important et coûteux, entraînant la ruine financière. Cependant, avec le temps, ce risque s'est transformé en autre chose. Le concept général est toujours là, s'assurer pour éviter un risque. Mais le "risque" a été élargi pour inclure toutes les choses qui ne sont pas réellement des risques.

Par exemple une grippe. Vous allez chez votre médecin, vous payez votre quote-part, et votre assurance prend en charge le reste de la visite. Ensuite, vous allez à la pharmacie pour acheter les médicaments, vous payez votre quote-part et l'assurance paie le reste. Mais contre quel risque, dans ce cas, vous assurez-vous ? Que vous ne puissiez pas couvrir le coût d'une visite chez le médecin ? Que vous ne puissiez pas couvrir le coût du médicament ?

Dans cet exemple, un risque courant, Historiquement, la "mère de la maison" allait vous chercher une grippe, prenait une soupe au poulet et aux nouilles et se couchait. Ce serait la fin de tout cela. Le coût des soins correspond à une journée (ou peut-être une semaine) de salaire perdu et à quelques boîtes de soupe. Mais aujourd'hui, parce que nous le choisissons, le coût des soins est beaucoup plus élevé. Nous allons chez le médecin, nous payons nos co-paiements, l'assurance doit en payer une partie. Le cabinet médical doit prendre en charge le coût du personnel qu'il faut pour vous voir, et celui du personnel qu'il faut pour traiter les demandes de remboursement auprès de la compagnie d'assurance. Et maintenant, votre grippe, coûte 1 500 $. Mais là encore, ce n'est pas tout à fait vrai.

Avec l'assurance santé et les soins médicaux "normaux" (comme les entorses aux chevilles, les rhumes, etc.), l'assurance ne couvre vraiment que le coût de l'assurance. Dans ce même exemple de grippe, si vous allez chez le médecin en tant que "self pay" (sans assurance), vous obtiendrez souvent un tarif beaucoup plus bas et raisonnable. Souvent, au coût de votre ticket modérateur standard. On dirait que les médecins sont "mauvais", mais ce n'est pas le cas. Ils ne sont pas obligés de déposer une demande d'indemnisation, ils ne doivent pas en garder la trace. Ils sont payés immédiatement, et non six mois plus tard, comme ils doivent le faire pour d'autres entreprises.

Avec les soins "critiques" ou "catastrophiques", l'assurance santé reste une bonne chose. Si vous avez un événement important et imprévu, l'assurance santé vous aide à éviter ce risque.

Avec les soins chroniques (de longue durée), votre dos est dans le même bateau que la grippe. Souvent, vous pouvez obtenir des soins de meilleure qualité, et moins chers, sous forme de brevet autofinancé, puis de brevet assuré. Mais ce n'est pas toujours le cas. Vous devez donc mesurer votre propre situation et décider si l'assurance vous convient. Mais n'oubliez pas que l'assurance vise à éviter les risques, et non à payer moins cher. Vous paierez TOUJOURS plus cher pour l'assurance. Elle est conçue de cette façon. Même si le coût est caché à bien des égards. (taxes, répartition sur les visites, ou prescriptions, etc.)

1
1
2017-03-23 17:23:19 +0000

Je vais prendre un point de vue très grossier sur la question : Supposons que vous ayez un événement qui coûterait 100 000 dollars s'il se produisait. S'il y a 10 % de chances que cela vous arrive et que l'assurance coûte moins de 10 000 $, vous ferez un bénéfice "en moyenne".

Cela suppose bien sûr que vous puissiez vous permettre une perte de 100 000 $. Si vous ne pouvez pas, la perte réelle pourrait être beaucoup plus élevée (ou différente). Par exemple, si vous ne pouvez pas vous permettre une opération chirurgicale parce que vous n'avez pas d'assurance maladie, elle pourrait être beaucoup plus "coûteuse" d'une manière difficilement comparable aux 100 000 $.

De toute évidence, c'est une vision très simpliste des choses. Par exemple, le fait de gagner plus que ce que vous avez payé sur la prime n'est généralement pas la seule raison pour laquelle vous souscrivez une assurance (même si vous avez une valeur nette élevée). Je voulais juste le dire pour ce que ça vaut.

1
-1
2017-03-27 13:05:45 +0000

Le point sur l'assurance est la solidarité. Pensez-y :

À Londres, il y a quelques centaines d'années, les gens ont commencé à assurer leur maison contre l'incendie. Il y avait plusieurs compagnies d'assurance, et si vous en utilisiez une, vous aviez un marqueur sur votre maison. Donc si votre maison prenait feu, ils venaient vérifier et ils n'éteignaient le feu que s'il y avait leur marqueur dessus.

Maintenant, dans la plupart des endroits de nos jours, les pompiers viennent toujours et éteignent toujours votre feu. Nous nous y attendons, et nous sommes heureux de payer ce service par l'impôt, et nous ne nous inquiétons pas du gaspillage d'argent si nous le payons pendant des décennies sans jamais avoir de feu. Nous ne nous plaignons pas non plus si la maison du voisin brûle, et ils bénéficient de l'intégralité du service d'incendie que nous avons payé.

Maintenant, tout ce que font les pompiers, c'est vous sauver et éteindre votre incendie. Ici, en Allemagne, chaque propriétaire de maison est également tenu de souscrire une assurance incendie, de sorte que si votre maison brûle, elle peut être réparée ou reconstruite. Tout le monde paie des primes d'assurance, et je n'ai jamais entendu personne se plaindre s'il a payé pendant 50 ans sans jamais rien réclamer.

Si vous avez besoin d'une nouvelle maison, le montant à payer est énorme. Mais les primes sont faibles. Cela ne fonctionne que si tout le monde est assuré. Cela ne peut fonctionner que si nous acceptons tous le concept de solidarité.

C'est facile à dire, je ne fume pas, donc je n'ai pas besoin de m'assurer contre l'incendie, ou, je mène une vie saine, donc je n'ai pas besoin de m'assurer contre le cancer. Mais la foudre ne vérifie pas votre CV avant qu'elle ne frappe. Elle vous frappe, vous ou votre prochain, et comment pouvez-vous justifier le fait de ne pas aider votre voisin ? L'assurance ne peut fonctionner que si nous y participons tous.

-1
-3
2017-03-21 09:46:05 +0000

Soyons réalistes : la plupart des gens paient plus en primes d'assurance qu'ils ne "récupèrent" en indemnités. Je mets "récupérer" entre guillemets parce que, à quelques exceptions près, l'argent versé en cas de sinistre ne va pas à l'assuré, mais à d'autres personnes, comme les médecins et les hôpitaux. Mais même si vous ignorez la question de savoir à qui va réellement l'argent, c'est une proposition perdante pour la plupart des gens.

Les exceptions sont les personnes qui ont subi une perte importante, supérieure à ce qu'elles ont versé au fil des ans. Mais n'oubliez jamais : Ce sont des exceptions. Le retour sur votre argent, en moyenne, n'est qu'un peu meilleur qu'à la loterie.

Le contre-argument habituel à ce qui précède est, mais que faire si vous êtes l'une des exceptions ? Pour ma part, je refuse de laisser ma vie être dictée par la crainte d'événements improbables qui pourraient se produire. Si vous êtes du genre à être obsédé par ce qui pourrait (mais ne se produira probablement pas), alors peut-être devriez-vous avoir une assurance. Mais ne me dites pas que je dois en faire autant.

Quand je vivais en Californie, ils avaient un programme qui permettait de déposer 25 000 $ auprès de l'État, et ensuite de conduire, légalement, sans assurance. J'ai fait cela pendant un certain temps, je n'ai pas eu d'accident et je suis sorti du système (quand j'ai quitté l'État) quelques années plus tard avec plus d'argent (intérêts) que ce que j'avais déposé. On n'obtient pas cela avec une assurance.

Mais revenons aux gens riches. A moins que vous n'ayez un accident dont vous êtes responsable et que l'autre type ait besoin d'une greffe de tête à la suite de celui-ci (blague), vous pourriez probablement absorber le coût d'un accident sans cligner des yeux. Les personnes appartenant à la classe moyenne supérieure pourraient bien s'accommoder d'une assurance à franchise élevée qui ne paie qu'en cas d'accident extrême.

Et puis, si vous devez emprunter pour acheter quelque chose de cher (en effectuant des paiements mensuels), ils vous demanderont généralement de souscrire une assurance avec. C'est un moyen pour le prêteur de se protéger à vos frais, et si vous refusez, bonne chance pour obtenir un prêt ailleurs.

Je déteste tellement l'idée de l'assurance que je rendrais un acte d'assurance punissable par la loi.

-3
-3
2017-03-20 23:52:15 +0000

Je pense que l'assurance est l'une des meilleures choses jamais créées pour cette raison :

  1. Parce que l'assurance apporte la sécurité et la paix. Par exemple, que se passerait-il si quelqu'un endommageait la voiture d'une autre personne ? Avec tous ses droits, la personne dont la voiture a été endommagée demanderait une indemnisation. Mais que se passerait-il si la personne qui a causé l'accident n'avait pas assez d'argent pour l'indemniser, ce qui provoquerait certainement le chaos, alors voici le moment où les compagnies d'assurance interviennent, car elles indemnisent le coût de la voiture endommagée. De cette façon, tout le monde rentre chez lui heureux.
  2. La plupart des personnes qui souscrivent une assurance vie sont en bonne santé toute leur vie, donc elles diraient qu'elles dépensent de l'argent pour rien. Je ne peux pas me joindre à eux. Parce que tout d'abord, leur argent sera **distribué à toutes les personnes dans le besoin**. Il sera distribué aux personnes qui souffriront de différentes maladies, vous diriez que la compagnie d'assurance en obtiendra une bonne partie. Oui, bien sûr qu'elle en recevra, parce qu'elle travaille pour elle, qu'elle emploie beaucoup de personnes et qu'elle en tirera également des bénéfices. Y a-t-il quelqu'un qui le fera gratuitement ?
-3
-4
2017-03-21 09:45:00 +0000

En effet, il y a conservation de l'argent. Si les compagnies d'assurance ont ces grands immeubles, ces publicités télévisées et ces PDG, alors cet argent provient d'un seul endroit : les primes d'assurance des clients. Dire que l'assurance est une bonne affaire est soit

  1. naïvement biaisé/mal informé
  2. carrément malhonnête
  3. Il est très rare qu'une assurance bénéficie effectivement de la valeur escomptée... mais dans ce cas, cela indique simplement que d'autres perdent encore plus que ce que la compagnie d'assurance encaisse... rien dans la vie n'est entièrement gratuit ; quelqu'un d'autre paie pour vos gains, et ce n'est presque certainement pas la compagnie d'assurance dans son ensemble. Ces personnes gagnent de l'argent grâce à leurs frères (et ne sont donc pas différentes des compagnies d'assurance)

Les avantages et les coûts de l'assurance pour la plupart: En effet, de toutes les réponses données ici, James Turner est la meilleure. Si vous ne pouvez pas vous permettre de perdre quelque chose, il est vital de l'assurer. L'idéal serait que l'assurance soit une opération à but non lucratif pour couvrir au mieux ce risque. De telle sorte que les gens ne perdent rien dans l'ensemble. Théoriquement, elle pourrait même être légèrement rentable en prenant des décisions d'investissement judicieuses et en profitant de la valeur future de l'argent en battant l'inflation. Mais ce n'est pas le cas (voir cet article pour des informations légèrement datées sur la santé, et cet article de Wikipedia pour plus d'informations).

Mais même si vous subissez une perte moyenne (en faisant appel à une compagnie d'assurance à but lucratif), en prenant une assurance vous évitez la situation où vous êtes paralysé par une catastrophe. Vous payez des frais pour couvrir vos pertes. Comme l'a dit James, assurez ce que vous ne pouvez pas vous permettre de perdre. Mais rendez-vous compte que vous vous trouvez dans une situation où le montant net global est une perte moyenne de 10 à 50 % de votre argent, en moyenne. En gros, vous jouez à la loterie, sauf que vos pertes nettes servent principalement à financer l'entreprise et les PDG plutôt qu'à soutenir théoriquement l'éducation.

Mais on dirait que vous avez bien compris ces idées, alors...

*Pouvez-vous vous assurer vous-même ? * Comme d'autres l'ont fait remarquer, oui, il existe une option d'auto-assurance dans la plupart des endroits. Même si c'est souvent le cas lorsque l'assurance est considérée comme obligatoire. Par exemple, aux États-Unis, il faut en principe être couvert par une assurance automobile. Mais en général, vous pouvez légalement vous autoassurer pour couvrir cette exigence :

  • Dans certains endroits (souvent des États plus conservateurs sur le plan fiscal comme la Floride ), il suffit de prouver que l'on dispose d'une valeur nette satisfaisante (non grevée). Fondamentalement, vous devez disposer de l'argent/des actifs nécessaires pour couvrir les pertes importantes que d'autres pourraient subir.
  • Dans d'autres endroits (souvent des États plus progressistes sur le plan fiscal), une garantie de passif peut être exigée (par exemple, dans Washington et Vermont ). Vous devez en fait mettre l'argent de côté pour couvrir les frais.

Le coût de l'auto-assurance: Il y a un coût à l'auto-assurance : le temps. Il faut du temps pour rechercher les lois, du temps pour satisfaire à ces exigences, puis du temps pour trouver/configurer tous les prestataires de soins (médecins, mécaniciens, avocats, etc.).


*Quand est-ce que ça vaut la peine ? *

Premièrement, encore une fois, vous devez satisfaire à la condition préalable : vous êtes en mesure de gérer financièrement la perte du sujet considéré.

A la demande d'un commentateur, voici une tentative de mieux préciser cette exigence (bien qu'elle ne semble pas pertinente à la question posée, il est en effet très important de ne pas supposer à tort que vous satisfaites à cette exigence). Pouvez-vous couvrir confortablement le niveau d'assurance que vous souscrirez autrement. 50 000 $/100 000 $/50 000 $ est un niveau d'assurance raisonnable courant, ce qui correspond à 200 000 $. En gros, ayez assez d'argent pour couvrir la perte de votre voiture, vos éventuels frais d'accident et, surtout, les dommages et les frais médicaux de toute autre personne que vous heurtez. Vous devez disposer de cette valeur, de manière optimale, sur vos comptes. Vous pouvez aussi la mettre en balance avec vos actifs, de sorte que si vous avez des comptes peu élevés mais une maison de 200 000 $ payée, vous pourriez vendre votre propriété et pouvoir encore survivre financièrement par la suite. Cependant, il est effectivement dangereux de faire cette hypothèse, car la vente des biens peut entraîner des coûts supplémentaires et des difficultés, et vous risquez de ne pas reconnaître la valeur que vous accordez à ces biens. Il peut être plus confortable d'avoir au moins deux ou trois fois plus de biens dont vous seriez prêt à vous séparer. Là encore, l'idée principale est la suivante : pouvez-vous vous permettre de perdre la valeur assurée demain ? Bien que vous espériez que cela n'arrive pas, si quelqu'un venait vous prendre plus de 200 000 $ demain, seriez-vous en mesure de vous y adapter relativement facilement ? Si la réponse est oui, vous avez satisfait à cette exigence. Dans de nombreux États, il est plus facile de comprendre si vous pouvez satisfaire à cette exigence : il devient alors possible de souscrire la caution de responsabilité requise.

Si vous avez satisfait à cette exigence, cela se résume au temps que vous perdriez par rapport aux économies que vous gagneriez. Pour vous faire une idée juste, il vous faudra :

  1. la prime que vous paieriez pour acheter la l'assurance : Étant donné que vous perdez probablement 10 à 50 % de vos primes, il devrait être juste de faire une estimation approximative de la valeur perdue en utilisant 25 % pour la plupart des objectifs (surtout si l'on tient compte du fait que cela ne tient toujours pas compte de la valeur future/du coût d'opportunité de votre argent, qui pourrait souvent être de 5 à 10 % s'il est bien investi)

  2. La valeur de votre temps : Vous devez identifier correctement l'un ou l'autre :

  3. Une estimation approximative du temps qu'il vous faudra pour rechercher les exigences légales et y répondre, puis pour rechercher/traiter les besoins ultérieurs qui se présentent et que l'assurance prendrait en charge en une année moyenne. Essayez donc d'équilibrer les années typiques où vous n'auriez pas beaucoup de travail avec une année où il vous faudrait appeler des mécaniciens ou trouver des praticiens de santé. Visez peut-être haut, la recherche/appel prend généralement plus de temps qu'on ne le pense.

Ce calcul est-il positif ? ** Votre bénéfice (ou coût) annuel net estimé de l'auto-assurance est de : **0,25 * (prime d'assurance par an) - (valeur estimée de votre temps)*(estimation des heures de travail\Recherche d'auto-assurance par an)

Il s'agit d'une estimation approximative. Mais si le résultat est assez positif (et que vous pouvez vous permettre de couvrir le coup que l'assurance couvrirait autrement), il vaut probablement mieux vous auto-assurer.
Si le résultat est assez négatif (ou si vous n'avez pas les moyens de couvrir les frais éventuels que l'assurance couvrirait), il vaut probablement mieux vous assurer.

Enfin, il y a en effet encore quelques autres facteurs à prendre en compte de part et d'autre...

  • Vous êtes activement passionné par la recherche des meilleurs services dont vous pouvez bénéficier. Souvent, les compagnies d'assurance ne le sont pas. Vous êtes moins enclin à remettre à plus tard un examen de santé qui pourrait vous sauver la vie, afin d'économiser quelques dollars, qu'une compagnie d'assurance. Un avantage de l'auto-assurance.
  • Il y a aussi le luxe de ne pas avoir à gérer le stress ou les gens. Certaines personnes sont prêtes à payer beaucoup d'argent pour échapper à de nombreuses interactions sociales. Dans ce cas, vous serez plus frustré de traiter régulièrement avec les compagnies d'assurance ou de régler des détails supplémentaires avec les prestataires de services dans de telles circonstances. Vous devrez peser le pour et le contre pour décider de l'option qui vous convient et de son importance pour vous.
  • Certains secteurs d'activité peuvent ajouter des coûts supplémentaires pour les clients indépendants (il est plus facile de négocier avec de nombreuses personnes lorsqu'elles sont regroupées en un grand groupe plutôt qu'individuellement). Un avantage de l'achat d'une assurance.
  • La liberté de choix. Vous pouvez faire appel à n'importe quel prestataire de soins de santé/mécanicien quand vous le souhaitez, ou faire ce que vous voulez de votre maison (comme avoir un trampoline, une piscine, etc.) sans stipulation, et vous êtes le seul à pouvoir décider si c'est une bonne ou une mauvaise idée. Favorise généralement l'auto-assurance (si vous êtes intelligent)
  • La valeur de l'expérience. Un agent d'assurance peut reconnaître les pièges que vous pourriez manquer. Avantage : achat d'une assurance.
  • La tranquillité d'esprit de pouvoir faire confiance à celui qui fait les choix dans votre vie. On se méfie souvent (ou on devrait se méfier) de ceux qui font les choix pour votre compagnie d'assurance. Vous savez ce que vous faites. Avantage : vous vous assurez vous-même.

Le plus souvent, ces plus et moins supplémentaires sont probablement inférieurs aux coûts/bénéfices primaires énoncés précédemment. Mais si vous êtes assez riche pour avoir de l'argent, vous êtes dans une situation où vous pouvez probablement sacrifier un peu de revenu pour avoir l'esprit tranquille. Il y a donc certainement beaucoup de choses à prendre en compte. Mais si vous êtes autodidacte, je crois que vous avez raison de dire qu'il est plus intéressant de s'assurer soi-même si vous en avez les moyens.

-4
-9
2017-03-20 23:37:26 +0000

En général, tout le monde est mieux sans assurance. Très peu de personnes sont mieux loties avec une assurance. L'assurance est un pari et quand on perd, on gagne. Très peu de gens perdent suffisamment pour gagner. La plupart des gens se contentent de verser de l'argent à l'assurance et ne récupèrent jamais le montant qu'ils ont versé. Pour la plupart des gens, dans la plupart des vies, l'assurance est une mauvaise affaire. Si les gens ont envie de s'assurer, c'est parce qu'ils ne peuvent pas calculer la probabilité que quelque chose de mal se produise aussi bien qu'un actuaire peut le faire. C'est l'écart de connaissances entre vous et l'actuaire qui fait que les assureurs sont riches et vous pauvres. Ils sont intelligents, vous ne l'êtes pas. Vous pensez qu'une chose terrible va vous arriver, ils savent que ce ne sera probablement pas le cas. Ils vous vendent donc un produit dont vous n'aurez probablement jamais besoin.

De toute façon, la plupart des gens ne peuvent pas comprendre les probabilités et comment analyser les risques, donc ils n'auront pas ce que je dis ici. Comprendre le coût réel du risque est la première leçon pour comprendre l'argent et la richesse. Les gens riches comprennent généralement la valeur et le coût du risque. C'est pourquoi ils n'achètent une assurance que lorsqu'ils s'attendent à perdre, c'est-à-dire à gagner. Nous, les riches, ne faisons tout que lorsque nous savons déjà que nous allons gagner. Nous ne jouons pas, sauf si nous sommes la maison. Lorsqu'un homme riche qui s'est fait tout seul achète quelque chose, c'est parce qu'il sait déjà qu'il va s'en sortir, très probablement.

-9

Questions connexes