Finances personnelles et argent
2013-01-31 19:22:14 +0000
0

Que signifie "chèque à l'ordre de" ?

Je viens de recevoir des documents d'accord d'une publication pour laquelle je travaille en free-lance. Il y a une section en bas qui demande mon adresse, ma ville, mon numéro de sécurité sociale, etc. mais il y est également demandé où mon chèque est "à l'ordre de". Mais il me demande aussi où mon chèque est "à l'ordre". Qu'est-ce que cela signifie ? Est-ce mon adresse ? Sinon, où puis-je trouver les informations nécessaires ?

Réponses [2]

4
2013-01-31 19:25:30 +0000

Il s'agit de votre nom, ou du nom fictif sous lequel vous opérez. Par exemple, si le nom de votre freelance s'appelle "Zolani the 13th, LLC", c'est ce nom que vous voulez faire figurer sur le chèque, et non "Mr. John Zolani Doe" qui est inscrit sur votre certificat de naissance.

4
1
2013-01-31 23:18:29 +0000

Ils demandent en fait le nom de la personne morale qu'ils doivent inscrire sur le chèque.

Vous, en tant que personne, êtes une entité juridique, et vous pouvez donc leur demander de vous payer directement, par votre nom. Il s'agit en fait d'une "entreprise individuelle" et c'est la situation de la plupart des entrepreneurs indépendants ; vous travaillez pour vous-même et vous recevez tout l'argent, mais vous en avez aussi toute la responsabilité.

Vous pouvez également vous créer un alias légal, ou un nom "Doing Business As" (DBA). La seule chose qui change par rapport à l'utilisation de votre propre nom est... eh bien... que vous n'utilisez pas votre propre nom, pour être honnête. Vous ne vous contentez plus d'être un inconnu, vous êtes une "entreprise Zolani", et vos chèques d'entreprise peuvent être libellés à ce nom. La banque (qui voudra une copie des documents DBA à déposer lorsque vous établirez le nom en tant qu'entité à payer sur le compte) les encaissera pour vous.

Une SARL, puisqu'elle a été mentionnée, est une "société à responsabilité limitée". C'est une entité juridique, incorporelle, qui est votre "avatar" dans le monde des affaires. C'est elle, et non pas vous, qui est l'entité qui fait face en premier lieu à toute autre personne dans ce monde. Vous devenez, à des fins juridiques, un agent de cette société, autorisé à prendre des décisions en son nom. Vous pouvez faire les mêmes choses, gagner le même argent, mais si les choses tournent en rond, c'est l'entreprise qui est responsable, pas vous.

Ça a l'air génial, non ? Il y a un inconvénient, c'est la fiscalité et sa complexité accrue. Selon la structure exacte de la société, l'IRS traitera la SARL soit comme une société par actions, soit comme un partenariat, soit comme une "entité non prise en compte". La plupart des SARL unipersonnelles sont généralement "ignorées", ce qui signifie qu'à des fins fiscales, tout l'argent que la société gagne est traité comme si vous le gagniez en tant que propriétaire unique, comme dans les cas ci-dessus (et avec l'augmentation de la FICA qui en découle et l'absence de déductions fiscales dont bénéficierait un "employé"). Rien ne peut être "conservé" par la société, car, en ce qui concerne l'IRS, il n'existe pas, de sorte que, que l'argent provenant des bénéfices de la société ait effectivement été versé sur votre compte chèque personnel ou non, vous devez le déclarer sur l'annexe C.

Vous pouvez choisir, si vous le souhaitez, de faire traiter la SARL comme une société par actions ; cela permet à la société de conserver ses bénéfices (et donc de "posséder" des actifs liquides comme des liquidités, par opposition à des actifs fixes uniquement comme des terrains, des voitures, etc.) ). Cela vous permet également d'être un "employé" de votre propre entreprise et de vous verser un véritable "salaire", avec toutes les règles fiscales applicables, y compris les soins de santé avant impôt, la FICA payée par l'employeur, etc. Toutefois, l'inconvénient est que certaines sommes sont soumises à une double imposition ; toute somme "retenue" par la société ou versée aux membres en tant que "dividendes" est un "bénéfice" de la société pour lequel la société est imposée au taux des sociétés. Ensuite, l'argent provenant de ce dividende que vous recevez de la société est à nouveau imposé au taux des plus-values sur votre propre déclaration 1040. Cela signifie également que vous devez remplir deux déclarations d'impôts : une pour la société et une pour vous en tant que particulier.

Vous ne pouvez pas, bien sûr, avoir le beurre et l'argent du beurre avec une SARL ; vous ne pouvez pas vous verser un véritable "salaire" et bénéficier des avantages fiscaux associés, puis recevoir les bénéfices restants en tant que "distribution" et éviter la double imposition.

Il faut plusieurs "membres" (propriétaires) pour que la SARL soit traitée comme une société de personnes, et il existe des types spécifiques de SARL créées pour gérer les investissements, où certains des éléments que j'ai mentionnés ci-dessus ne s'appliquent pas. Je n'entrerai pas dans le vif du sujet parce que la question déduisait une situation de propriétaire unique, mais les règles fiscales dans ces situations supplémentaires sont à nouveau différentes.

1